Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion      

Partagez | 
 

 Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 61, 62, 63 ... 67  Suivant
AuteurMessage
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2654
Age : 75
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mar 20 Mar 2018 - 17:01

Bonjour Olivier, bonjour Christian.

Voilà que notre affaire se corse...
Où et comment va-t-elle déboucher ?
En tout cas, elle nous réserve, sans aucun doute, bien du suspens et bien des surprises.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mer 21 Mar 2018 - 9:36

https://twitter.com/NicolasBerrio3/status/976294514691211264

traduction google de l'article :

Citation :
ARA San Juan: un navire russe reprend la recherche du sous-marin (20.03.2018)

Après dix jours d'absence de la zone d'opérations, mardi, le navire océanographique Yantar a rejoint la recherche du sous-marin ARA San Juan, disparu il y a 126 jours dans l'océan Atlantique. Tel que l'a rapporté la Marine à Clarin, le navire de la marine russe prévoit de vérifier sur le fond marin un contact détecté par le destroyer ARA Sarandi, le seul navire présent dans la région depuis la semaine dernière.

Dans les dernières heures, ce navire de la marine argentine a commencé son retour vers Puerto Belgrano, balayant le chemin que le sous-marin aurait dû prendre, vers Mar del Plata, ce 15 novembre, quand tout contact a été perdu.

En remplacement de Sarandi, le destroyer ARA La Argentina quittera aujourd'hui la base située en face de la ville de Punta Alta. Pendant ce temps, dans la cale sèche de l'Arsenal Naval de Puerto Belgrano, les travaux de réparation de l'aviso ARA Islas Malvinas, qui est entré dans la station il y a trois semaines, se terminent.

Selon des sources de la Marine, le navire pourrait quitter ce site mercredi et être prêt à revenir dans les prochains jours sur la zone de recherche, établie par le Commandement des opérations d'entraînement et d'enrôlement (COAA). À bord de l'aviso ARA Islas Malvinas, il y a le ROV Panther Plus qui, avec son équipage de neuf marins également de la marine russe, permet de vérifier les contacts situés jusqu'à 1 000 mètres de profondeur.

"Le retour sur la zone de recherche de l'aviso ARA Islas Malvinas, et du Panther Plus, dépendra de l'arrivée des pièces de rechange que la marine russe a demandé à la Grande-Bretagne mais qui ont été retardée par l'incident diplomatique entre Londres et Moscou, à cause de l'affaire de l'ancien espion russe empoisonné ", comme l'a confié la Marine au groupe de parents du San Juan.

Pendant ce temps, les parents de l'équipage du San Juan insistent avec leur demande à la Marine d'élargir la zone de recherche du sous-marin. À la demande de ce groupe, au cours des dernières semaines, les navires participant à l'opération ratissaient les secteurs situés au nord de la zone visée par l'ACOE en fonction du lieu où se serait produit « l'événement anormal, singulier, court, violent et non nucléaire » qui, selon la Marine, aurait affecté le San Juan.

Selon les proches, avant que les informations fournies par l'Organisation de contrôle des essais nucléaires (CTBO), basée à Vienne, aient été trouvées, il y avait des indications sur la présence du sous-marin qui n'ont pas pu être vérifiées, parce que l'aide russe et américaine n'était pas encore arrivée. Ce qu'ils demandent, c'est que maintenant les actions de ratissage se concentrent sur ces contacts, détectés la semaine suivant la disparition du sous-marin et qui, selon eux, n'ont jamais été vérifiés.

Source : msn.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mer 21 Mar 2018 - 10:50

https://twitter.com/Nuestromar/status/976304291630628864

traduction google de l'article :

Citation :
ARA San Juan: Un contre-amiral a ajouté une nouvel piste: "Il pourrait y avoir eu des communications après l'explosion" (21.03.2018)

L'enquête menée par la juge Marta Yáñez dans le cadre de la disparition de ARA San Juan a ajouté une nouvelle donnée. Le contre-amiral Osvaldo Vernazza, directeur général des communications et technologies de l'information de la Marine, n'a pas exclu que le sous-marin a essayé de contacter la base navale de Mar del Plata après l'explosion à 10h30 le 15 Novembre 2017.

L'information qu'a donné Vernazza est intervenue après une plainte demandant si il avait eu connaissance de trois fréquences soi-disant émises par le navire à 14h18 ce jour-là, lesquelles auraient été rejetées et ensuite annotées tardivement par deux sous-officiers qui se trouvaient à Mar del Plata et à Puerto Belgrano.

« Si tel est le cas, comme lui assure le sous-officier de communication (qui a reçu les tentatives) il n'y a aucune possibilité que ce soit d'un autre navire », a soutenu le contre-amiral à TN.com.ar.

Cette histoire a commencé le 15 Novembre, quand le sous-officier Rubén Espínola, superviseur de communications de la base de Mar del Plata, a entendu trois fréquences différentes, de mauvaise qualité sonore, il a compris qu'elles étaient émises par le sous-marin. Pour cette raison, il a décidé de contacter son homologue de Puerto Belgrano, Valeria Noemi Carranza, celui qui a rejeté qu'elles proviennent de l'ARA San Juan.

Trois jours plus tard, et devant les intenses tâches de recherche du sous-marin, Espinola a demandé à son chef pour annoter dans le journal de bord, de manière tardive, les trois fréquences émises à 14h18. L'autorisation pour le faire est arrivée le 20 novembre du lieutenant de Corvette Guillermo Conci.

TN.com.ar a pu savoir que Vernazza a assuré que s'il y avait eu trois tentatives dans ces trois fréquences, elles ne pouvaient pas venir d'un autre bateau, bien qu'il ait averti que comme il ne les a pas reçues « vous devriez appeler celui qui les a reçues ».

Le témoignage de ces membres de la Marine est pertinent car il pourrait céder du terrain à la version qui dit que le sous-marin aurait coulé après l'explosion enregistrée à 10h30 et donc il aurait pu encore naviguer plusieurs miles à la dérive, dans ce que les marins appellent ça état de « flottation de mer ». Ceci, à son tour, prouverait que la zone de recherche désignée par la Marine serait erronée et que le navire pourrait se trouver dans une autre zone.

« Un officier des communications à la formation et l'entraînement pour se rendre compte si il s'agit juste de bruit ou d'une tentative de communication. Il n'a pas dit comme (Enrique) Balbi que cela aurait pu être tout simplement un bruit de fond et il a rejeté complètement les tentatives. Vernazza a approuvé d'une certaine manière ce qu'a dit le sous-officier, c'est pourquoi il devrait être appelé à témoigner », a déclaré Luis Tagliapietra, père du sous-marinier Alejandro, et procureur dans l'affaire.

Tagliapietra a également confirmé qu'il présentera un mémoire à la juge Yáñez pour mentionner d'urgence les deux sous-officiers qui ont rejeté les fréquences.

Dans une autre partie du témoignage, il a été demandé à Vernazza sur une communication entre le destroyer « Amiral Brown » et la corvettes « Spiro » dans lequel ils confirment la découverte d'une « bouée triangulaire rouge avec radiobalisage sur câble d'acier adossé au fonds », qui proviendrait de l'ARA San Juan.

Dans des occasions répétées, Balbi a assuré que le sous-marin n'avait pas utilisé sa radiobalise, qui est utilisée uniquement en situation d'urgence pour demander de l'aide et pour établir une position du satellite. Dans son témoignage, il a également rejeté le fait qu'il y avait une communication entre les bateaux.

Cependant, la plainte a fait valoir que lors de perquisitions effectuées dans la base navale de Mar del Plata, une note a été trouvée dans le livre de garde qui intercepte la communication entre les deux navires, ce qui confirmerait que l'audio est réel.

En ce sens, Vernazza a dit qu'il n'a jamais observé la communication, mais qu'une enquête sur ce contact doit être effectuée, en prenant les données du numéro de série de la radiobalise, et les marins qui se trouvaient sur les bateaux et qui sont revenus avec la balise.

Source : nuestromar.org

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mer 21 Mar 2018 - 12:02

https://twitter.com/elsol_digital/status/976407423643803654

traduction google de l'article :

Citation :
Aguad a affirmé qu'on trouvera le ARA San Juan (21.03.2018)

Quatre mois après la disparition de l'ARA San Juan, le ministre de la Défense, Oscar Aguad, a déclaré aujourd'hui avoir la "conviction" de retrouver le navire avec ses 44 membres d'équipage. "Une fois on va le trouver; C'est très difficile, mais il faut le trouver ", a déclaré le responsable.

Après que le président Mauricio Macri a reconnu que « la mer est immense et le sous-marin est petit » découragent tout espoir de trouver le navire de la Marine qui a disparu le 15 Novembre dernier alors qu'il naviguait de Ushuahia vers Mar del Plata, Aguad a dit « si nous continuons la recherche c'est parce que nous avons la conviction de le trouver. " "Cela fait quatre mois que nous le cherchons sans arrêt", a déclaré le responsable.

Le ministre a également décrit comme « totalement faux » que le sous-marin effectuait des opérations sous-marine près des îles Malouines, et il a discrédité les interprétations faites à partir des documents de la Marine, que le chef de cabinet, Marcos Peña, a livré la semaine dernière au Congrès national. «Il y avait une page mal préparée, quelqu'un a pris cela comme une certaine chose et n'a pas pris le reste de la documentation», a-t-il expliqué.

Le sous-marin « était en état de navigabilité », a insisté le ministre qui a gardé des liens avec les chefs de la dernière dictature, mais il a reconnu que « il avait quelques problèmes qui avaient été reporté par le capitaine et on avait déjà établi le mois de mars pour les fixer ».

Luis Tagliapietra, père d'un des membres de l'équipage disparu, le Capitaine de corvette Alejandro Tagliapietra, a répété à son tour que « le grand responsable de ce qui est arrivé à l'ARA San Juan est le gouvernement et donc il a un intérêt à détourner l'attention vers un conflit ».

Dans les déclarations à FM La Patriada il a affirmé que "les parents sont fatigués, les gouvernements nous accusent". "Et tant que nous mobiliserons pas 100 mille personnes, le gouvernement ne sera pas affecté ", a-t-il prévenu.

Source : diarioelsol.com.ar

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mer 21 Mar 2018 - 13:45

https://twitter.com/OresteJuan/status/976412038678433793

traduction google de l'article :

Citation :
Guillermo Carmona à IB24 sur l'ARA San Juan: « le gouvernement est plus préoccupé pour rester bien avec le Royaume-Uni que d'avancer dans la découverte de la vérité »

« Cela a réellement été scandaleux que pendant plus de 80 jours on a cherché à retarder la décision de la formation de la commission d'enquête mixte » sur la disparition de l'ARA San Juan, a déclaré le député national Guillermo Carmona (FPV-PJ) à ib24. Il a également fait référence à la désactivation de la recherche, liée « au manque d'intérêt pour trouver le sous-marin » et a interrogé le ministre de la Défense, Oscar Aguad, qui « depuis quatre mois reste sans donner d'explication ».

Par Claudio Siniscalco

Jeudi dernier, cent vingt jours après la disparition du sous-marin ARA San Juan. Quatre mois que le gouvernement Mauricio Macri a dissimulé des informations, a désactivé la recherche du navire et a retardé la formation de la commission d'enquête mixte créée dans le cadre du Congrès National.

Pour avoir une image précise de la situation, ib24 a parlé avec Guillermo Carmona, délégué national FPV-PJ, et membre de la commission bicamérale et vice-président du Comité des relations extérieures de la Chambre des députés.

IB24: Dans quel état se trouve la commission d'enquête ?

Guillermo Carmona: J'ai demandé sa constitution depuis décembre. La sanction de la loi qui crée la commission a eu lieu il y a plus de 80 jours. C'est scandaleux que pendant plus de 80 jours on ait cherché à retarder la mise en place de cette commission, ce pourquoi il manquait la signature du président de la Chambre des députés et du président du Sénat. Depuis décembre, nous avons effectué différentes procédures. J'ai parlé avec le président de la Chambre des députés; les législateurs FPV-PJ ont présenté des notes aux députés et au Sénat, et jusqu'à jeudi, quatre mois après la disparition du sous-marin et plus de 80 jours de la promulgation de la loi créant la commission, il n'y avait pas de nouvelles.

Jeudi nous avons fait une auto-proclamation de certains députés et sénateurs de l'opposition qui ont suivi la question, et là nous avons convenus que, que la commission soit formée ou non, nous allions commencer à travailler sur la collecte et l'évaluation des informations qui nous parviennent de différentes sources concernant la disparition du sous-marin et l'opération de recherche. De toute évidence, notre décision, publiée dans plusieurs médias, a eu un effet sur le parti au pouvoir, car vendredi, le président de la Chambre des députés et le président du Sénat ont lancé un appel aux députés et aux sénateurs pour que nous fassions la commission. Il a été appelé pour demain, mardi, à 15h30 dans la Salle des Provinces du Congrès National.

IB24: Comment évaluez-vous les informations fournies par Marcos Peña concernant la mission du sous-marin ?

Guillermo Carmona: J'ai présenté une série de questions au chef de cabinet en vue de la comparution qu'il avait annoncée au Congrès. A partir de ces questions nous avons obtenu des réponses écrites, et certaines d'entre elles ont fui dans la presse, par exemple sur la mission du sous-marin, les tâches suppose que l'intelligence avait été faite sur la base de pénétrations journalistiques.

Le chef de cabinet a répondu à ma question confirmant que l'ARA San Juan a exécuté dans des tâches (objectifs secondaires, appelé par le chef de Cabinet), le suivi des navires et aéronefs basés aux Malouines, c'est-à-dire les bateaux et aéronefs Britanniques. Parmi les documents que Peña a envoyé, on trouve l'ordre - que le ministère de la Défense avait nié ou cherché à relativiser à l'époque - que la marine argentine avait donné au commandant et à l'équipage du sous-marin, qui a trait à cet objectif secondaire de contrôle des bateaux et aéronefs britanniques. Même là, ils sont mentionnés quels sont les bateaux qu'ils auraient dû voir.

De cette manière est confirmée l'information que Infobae avait publiée, et qu'avait tenté d'affaiblir le parti au pouvoir, c'est également confirmé qu'il y aurait eu un contact avec un bateau qui était censé être un sous-marin nucléaire britannique, comme elle l'avait aussi pénétré.

IB24: Cela signifie que le gouvernement a caché la véritable mission de ARA San Juan. Pourquoi penses-tu qu'il l'a fait ?

Guillermo Carmona: Je voudrais mentionner plus tôt les propos du ministre Aguad, à savoir que dans le territoire national on ne fait pas d'espionnage, que les forces armées ne se livrent pas à l'espionnage lorsqu'elles agissent sur le territoire national. En fait, nous pouvons parler d'actions de renseignement dans le cadre de la défense nationale. Les forces armées mènent des activités de renseignement liées à la défense nationale. Par conséquent, ce n'est pas vrai ce que le ministre Aguad affirme en essayant de relativiser ces tâches de renseignement , c'est-à-dire d'espionnage, sur les navires et aéronefs britanniques.

L'ARA sous-marin San Juan a mené des activités de renseignement, et pour cela la marine Argentine avait ordonné qu'on embarque sur le sous-marin un sous-officier du renseignement, le Maître Enrique Castillo, une situation que nous avions aussi fait connaître depuis le Congrès et nous avions demandé des informations à ce sujet. Donc, cette situation ne peut être niée par le gouvernement.

J'ai l'impression que le gouvernement se soucie davantage de la relation avec les Britanniques que de connaître la vérité des faits. Le gouvernement a caché pendant une longue période, que j'estime de près de deux mois, la mission du sous-marin ARA San Juan, même si depuis le Congrès nous demandions des précisions. Et après la dissimulation, ils ont cherché à minimiser ou relativiser la portée de cette information concernant la mission.

IB24: Au-delà de cela, vous faites partie de la commission d'enquête, qui est traitée avec des informations rigoureuses, que pensez-vous qui est arrivé avec l'ARA San Juan ?

Guillermo Carmona: Les différentes hypothèses sur la disparition de l'ARA San Juan sont toutes liées à des situations de non-conformité ou d'irrégularités de la part du gouvernement de Mauricio Macri. Avec un, a priori, soupçon de haute responsabilité de la part du ministre Aguad. Je pense que c'est l'une des raisons de la dissimulation. Le ministre a évidemment cherché à éviter de venir s'expliquer au Congrès. Le premier acte qui décidera sûrement la commission d’enquête sera de citer le ministre pour qu'il vienne donner des explications. Donc, sa situation est plus que compromise. Il a fait quatre mois sans donner d'explications, non seulement au Congrès; il n'a donné d'explications satisfaisantes à personne. Donc c'est un plan.

ET l'autre niveau est qu'il cherche protéger les relations avec d'autres pays, en particulier avec le Royaume-Uni. Cette situation s'avère évidente dans la dissimulation de la véritable mission du sous-marin, et ensuite dans sa minimisation. Et cela a à voir avec le fait que le gouvernement est plus soucieux de s'entendre avec le Royaume-Uni que d'avancer dans la découverte de la vérité des faits.

La désactivation de la recherche est très associée à tout cela, ce qui est plus que vérifiable. Et cette désactivation de la recherche je n'ai pas trop de doutes que cela a à voir avec le manque d'intérêt pour trouver le sous-marin, qui est en même temps le fait principal. Le sous-marin, ou ses restes, constituerait la preuve principale en ce qui concerne la cause de ce qui a provoqué sa disparition.

Source : infobaires24.com.ar

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2654
Age : 75
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Mer 21 Mar 2018 - 15:55

Bonjour Olivier.

Pas de doute ; on navigue en eaux troubles.
Maintenant, voici que se fait jour l'hypothèse d'un âcte de guerre délibéré.
Serait-ce que, dans les faits, la guerre des Malouines n'est pas terminée ?
Quel intêret majeur aurait bien pu avoir le Royaume Uni, à faire disparaître notre "soum".
Aurait-il été sur le point de surprendre, ou aurait-il surpris ce qui aurait du ne jamais être vu.
Pas de doute, le gouvernement argentin s'est bien montré discret, voire muet, jusqu'à présent, dans la divulgation des faits se raportant à cette affaire.
Quant au Royaume uni, et à la Royal Navy ; pas de communiqué...
Pourtant, me semble-t-il ; n'ont-ils pas été mis en cause, depuis quelques temps ?
Alors ?
Amitiés.

Xavier

Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 8:21

https://twitter.com/NeoNetMusic/status/976696901201547264

traduction google de l'article :

Citation :
Les parents de l'équipage de l'ARA San Juan demandent la démission d'Aguad (22.03.2018)

Fatigués et sans réponses du gouvernement, les proches de l'équipage ont écrit une lettre dure à Mauricio Macri. Ils ont demandé la démission du ministre de la Défense et le retrait de la récompense.

Selon les informations fournies par TN, les proches des 44 membres d'équipage de l'ARA San Juan ont demandé la démission du ministre de la Défense Oscar Aguad, un peu plus de quatre mois après la disparition du sous-marin.

"Nous considérons que vous ne remplissez pas votre position politique et publique en raison de votre incapacité et de votre incompétence démontrée jusqu'au jour de la date", indique le dur communiqué.

Pour les familles, Aguad a utilisé la demande de récompense "sans vergogne en sa faveur et son gouvernement", en offrant une somme "de petit millionnaire" pour les coûts d'un navire engagé dans ce type d'opération.

Avec le déroulement des lignes, le texte est encore plus dur avec le ministre: "C'est pour ces raisons, parmi d'autres, que nous vous considérons comme une personne inefficace et honteuse pour le poste politique que vous occupez."

D'autre part, les familles ont demandé à Mauricio Macri d'annuler la récompense offerte par le gouvernement (4 813 359 millions de dollars) car "après 41 jours, personne ne s'est inscrit pour elle".

En ce sens, à travers l'écriture, ils ont exigé que les appels d'offres soient activés pour les entreprises intéressées à offrir leurs services de recherche.

Source : neonetmusic.com.ar

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2654
Age : 75
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 9:55

Bonjour Olivier.

Nième épisode.
Merci pour tes recherches documentaires.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 9:59

https://twitter.com/infobae/status/976281238540562434

traduction google de l'article :

Citation :
Recrudescence en interne entre le gouvernement et la marine après l'« erreur » dans le rapport sur l'ARA San Juan (20.03.2018)

Un amendement qui a provoqué une erreur du chef du Cabinet au Congrès a une fois de plus exposé les différences

La dernière image: deux mois avant de partir pour Ushuaia, l'équipage a pris une photo au dessus de l'ARA San Juan. C'était le 1er août de cette année. À ce moment-là, personne n'imaginait la tragédie.

L'interne entre la marine argentine (ARA) et la Casa Rosada est au rouge vif. Cela a été démontré hier, quand la Marine a dû sortir pour nier l'information qu'avait diffusé le quartier général du gouvernement, par Marcos Peña, qui indiquait que le sous-marin disparu ARA San Juan avait navigué très près des Îles Malouines.

Comme cela sera démontré dans le développement de cette note, la marine elle-même avait déjà découvert l'erreur, cependant, elle a confié au ministère de la Défense, Oscar Aguad, les documents qui ont conduit à conclure que le sous-marin avait pratiquement navigué sur la côte des Malouines, quelque chose d'impossible en raison de la faible profondeur des eaux dans ce secteur.

Depuis le gouvernement national, ils ont promis d'enquêter sur le scandale. « Le sous-marin ARA San Juan n'était pas dans les opérations près des îles Malouines pendant le voyage dans lequel il a disparu », a-t-il dit dans un communiqué diffusé hier.

Au paragraphe suivant, on explique que les renseignements confidentiels fournis par le ministre Peña aux députés de la nation était seulement « un projet de message naval avec des annotations manuscrites relatives au secteur d'opérations », mais « ces annotations ne faisaient pas partie des instructions distribuées ni au sous-marin ARA San Juan ni à aucun des navires appartenant à la Flotte navale de la Marine argentine ».

Et il conclut: « En effet, l'annotation a été entachée d'erreurs dans la détermination de la zone des opérations. Le message naval officiel est entre les mains du pouvoir judiciaire de la nation, et il détermine le secteur « ALEJANDRA » de manière précise, sans rature, effacement ni amendement et avec le numéro électronique de transmission qu'attribue automatiquement le système de communications navales (CESU17A0022 552/117) ».

Infobae l'a annoncé le 4 février. Le document, qui est signé par le commandant de l'ARA San Juan, Pedro Martín Fernández, spécifiait que le secteur « ALEJANDRA », c'est-à-dire la zone marine où le sous-marin devait effectuer les « tâches secondaires » pour surveiller la flotte et l'aviation britannique qui opère aux Malouines, avait les coordonnées suivantes en tant que longitude et latitude:

- 52 ° 20'S 67 ° 30'W
- 52 ° 00'S 67 ° 30'W
- 52 ° 00'S 67 ° 57'W
- 52 ° 20'S 67 ° 57'W

Celui-là était l'original. Il est daté du 24 octobre, et comme vous pouvez le voir dans le graphique qui illustre cette note, il est en dehors du secteur les Malouines, bien qu'il passe très près. Cet ordre d'opérations a été remis au capitaine du San Juan par ses supérieurs le 24 octobre 2017 avec l'identification 04-17 « C ».

Il est dans ce secteur où le capitaine Fernández a rapporté dans une navigation précédente que les sonars avaient détecté « le bruit d'un sous-marin nucléaire », probablement anglais.

Les experts qui connaissent la mer argentine décrivent le lieu comme des eaux profondes, avec des vagues importantes, sans terre et en dehors de la zone que le Royaume-Uni se voit attribuer depuis la conclusion des traités internationaux signés par l'Argentine à Madrid, en 1990.



Le 3 octobre 2017, c'est-à-dire 21 jours avant l'ordre final d'opérations, à la main on a rayé les deux dernières positions et il a été spécifié - toujours de manière manuscrite - de sorte qu'au lieu des longitudes et latitudes ci-dessus, l'ARA San Juan a dû naviguer à travers les coordonnées suivantes :

- 52 ° 20'S 67 ° 30'W
- 52 ° 00'S 67 ° 30'W
- 52 ° 20'S 57 ° 57'W
- 52 ° 00'S 57 ° 57'W

Comme on peut le voir sur l'illustration, ces coordonnées forment une zone très proche de la côte des Îles Malouines, avec des eaux très peu profondes ne convenant pas à un sous-marin. Par conséquent, pour comprendre cette situation, encore une fois, il est utile de revoir les dates.



Le « volant rectificatif » a été effectué 21 jours avant l'ordre d'opérations qui comprenait également trois autres secteurs : « ALESSIA », « ESPOIR » et « JULIANA ». C'est-à-dire qu'il a été invalidé par le mandat du 24 octobre qui est signé par le capitaine, Claudio Javier Villamide, Commandant de la Force sous-marine et par le capitaine, Héctor Alonso, qui par était alors le chef d'état-major de la force sous-marine argentine.



Mais si l'erreur avait déjà été corrigée, pourquoi la Marine a-t-elle fait commettre une telle erreur au chef de Cabinet devant les députés de la nation ? Les documents publiés dans cette note montrent que la Marine avait détecté et corrigé l'erreur il y a plusieurs mois.

Furieux de l'erreur - qui pourrait avoir des conséquences diplomatiques - le bureau du chef de Cabinet a demandé des explications au ministère de la Défense, le bureau qui a signé les informations erronées présentées par le gouvernement à la Chambre des députés.

Dans un communiqué de presse publié hier, en plus de se nier, la Marine a reconnu que le reste de la documentation remise aux députés était vrai. C'est-à-dire que des renseignements avaient été commandés sur des navires et aéronefs britanniques, tels que le «FPV PROTEGAT» et «RAF 130 DE L'AVION ET GOUVERNEMENT DES AVIONS DE MALVINAS».

Dans un communiqué de presse diffusé hier, en plus de se nier, la Marine a reconnu que le reste de la documentation remise aux députés était vrai. C'est-à-dire que des renseignements avaient été commandés sur des navires et aéronefs britanniques, comme le « FPV PROTEGAT », les « AÉRONEFS RAF 130 » et les « AÉRONEFS du GOUVERNEMENT des MALOUINES ».

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2654
Age : 75
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 11:23

Bonjour Olivier.

Et maintenant, voilà qu'on lave le linge sale, non pas en famille, mais en public...
Le bout du tunnel serait-il en vue ?
Amitiés
xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 14:27

@Xavier MONEL

Salut Xavier,

Plus le temps passe sans qu'on le retrouve et plus ils vont se taper dessus !

Le problème, c'est que sur le terrain la situation n'évolue pas, le Yantar est revenu hier mais il est bien seul pour chercher !!!

En tout cas, comme le disent les parents, la fameuse prime de 4 millions de dollars n'a encore attiré personne sifflotte  

Enfin, on verra bien...

marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Jeu 22 Mar 2018 - 19:48

https://twitter.com/wgoobar/status/976836930729136128

traduction google de l'article :

Citation :
"Notre hypothèse est que l'ARA San Juan a été coulé par une attaque externe avec des missiles" (21.03.2018)

Entretien exclusif avec Mariano Pi, coordinateur du réseau fédéral de recherche ARA San Juan. Le réseau regroupe des spécialistes de différents domaines et comprend des membres des familles de l'équipage du sous-marin. Pourquoi concluez-vous que c'était une attaque?

Entrevue exclusive de Mariano Pi, le coordinateur du Réseau Fédéral de Recherche de l'ARA San Juan. Le réseau réunit des spécialistes de différents secteurs et inclut des parents des membres de l'équipage du sous-marin. Pourquoi concluent-ils à une attaque ?

Par Enrique de la Calle et Branco Troiano

APU : En premier lieu, ils ont fait ou vont faire une présentation devant la justice dans le cadre de l'enquête pour la disparition du sous-marin ARA San Juan. C'est comme ça? Sur quelle hypothèse travaillez-vous?

Mariano Pi: Nous n'avons pas fait de présentations en dehors des parents. Au contraire, nous contribuons dès le début au travail du juge et à la querelle des proches de l'équipage en les intégrant dans le déroulement de notre enquête. Nous croyons que cela peut être notre hommage à la mémoire des 44 membres d'équipage du sous-marin.

Depuis que s'est produit l'incident de l'ARA San Juan nous dénonçons les mensonges officiels et semi-officiels, nous faisons la promotion de la création de la commission mixte au Congrès (pour lequel nous avons fait un projet qui était beaucoup plus ambitieux que celui qui s'est terminé en consentement) et avec une poignée d'amis, de frères, de patriotes et de membres des familles de l'équipage de l'ARA San Juan de différentes villes et provinces, nous avons mis en place le réseau Fédéral de Recherche.

Depuis le 23 Janvier, lorsque l'Organisation du CTBTO (Organisation du Traité d'Interdiction Totale d'Essais Nucléaires) a publié son rapport sur l'explosion enregistrée le 15/11, nous avons proposé que le gouvernement devait faire connaître l'équivalence en TNT de cette explosion. L'équivalence en TNT est une mesure universelle qui permet d'établir l'ampleur et l'intensité des événements explosifs. En étant submergé dans l'Atlantique Sud, l'ARA San Juan n'avait pas beaucoup d'options : il a eu un manque, il a eu un accident ou il a subi une attaque.

Nous avons refusé de nous définir par l'une ou l'autre hypothèse, que nous avons vu utilisée à des fins partisanes et factieuses. Les partisans de l'une ou l'autre hypothèse, sans aucune preuve, avaient déjà des responsables à accuser et à mettre en prison. Soit ce gouvernement, soit le précédent.

Pour notre part, nous avons insisté pour continuer la recherche et exécuter les compétences sur l'événement explosif, qui était la seule chose sur laquelle nous pouvions compter car nous ne pouvons pas encore expertiser le sous-marin.

APU: Pourquoi mettez-vous tant l'accent sur cette équivalence en TNT?

MP: Connaitre l'équivalence en TNT nous permettrait d'effectuer les simulations et les calculs nécessaires pour confirmer ou rejeter des hypothèses en fonction du potentiel explosif de chaque gamme et donc d'orienter efficacement la recherche sur les causes. Et puis, s'il est possible de le faire, d'établir les responsabilités opérationnelles et institutionnelles sur l'incident.

Le 4 décembre, le ministre Oscar Aguad a annoncé à TN (Todo Noticias) qu'au début de décembre, ils avaient fait exploser 100 kg de TNT à 40m de profondeur pour comparer cette explosion avec celle enregistrée le 15 novembre. Selon le ministre, les deux explosions s'étaient avérées identiques.

Comme l'expertise était dans le sens de ce que nous avions demandé, nous avons imposé de la rendre public, non seulement le rapport d'équivalence en TNT de l'explosion du 15/11, mais aussi les résultats de sa comparaison avec le test effectué. Nous n'avons pas eu de chance non plus.

Grâce à certaines sources, nous avons appris que l'explosion du 1/12 était précisément de 108 kg de TNT, et en calculant les équivalences, nous avons conclu qu'ils n'avaient pas détoné de la TNT « encapsulé » comme ils ont dit et répété dans les médias, mais un missile anti-sous-marin MK-54 qui a cette même gamme d'explosion.

Le gouvernement et le CTBTO ont comparé l'explosion hypothétique de l'ARA San Juan avec l'explosion d'une torpille dont les résultats ont été marqués comme identiques, en faisant apparaître la preuve des valeurs à peine inférieurs, parce que, entre autres, ce n'était pas le San Juan...

Quelques jours plus tard, la (torpille) MK-54 est passée d' être un secret à des voix à une reconnaissance formelle, tout en laissant dans un cône d'ombre l'information technique fondamentale de l'équivalence en TNT de l'explosion du 15 et des résultats concrets du rapport sur le test effectué avec la torpille.

Nous avons donc demandé que différentes assemblées législatives provinciales et municipales appuient cette demande. Nous étions là lorsque la possibilité de poser des questions au Chef de Cabinet (Marcos Peña) à l'occasion de son rapport périodique obligatoire au Congrès national a été soulevée.

Nous n'avons pas gaspillé l'opportunité et maintenant nous avons les résultats. Il a déclenché un conflit interne entre le gouvernement et la marine dénonçant les opérations croisées et a ouvert une crise institutionnelle monumentale dû au fait qu'ils ont rendu public les rapports présentés par le Chef de Cabinet.

APU: Quelle est l'information fournie par le Chef de Cabinet et qu'est-ce qui a produit cette crise interne entre le gouvernement et la marine ?

MP: Nous nous concentrons sur deux d'entre eux, pour l'instant: le rapport du CTBTO et l'ordre des opérations de l'ARA San Juan.

La première, les preuves irréfutables que les sources d'explosion dans les deux cas, sont du même type en termes d'ampleur, d'intensité et de durée. C'est-à-dire, que l'ARA San Juan a été coulé par une attaque externe avec des missiles.

La deuxième, un document fait référence que l'ARA San Juan avait l'ordre de surveiller le destroyer HMS CLYDE, transportant des hélicoptères anti-sous-marins Merlin.

C'est très important, parce que les Merlin tirent les missiles MK comme ceux qui ont coulé le San Juan. Et ce sont les mêmes hélicoptères britanniques qui avaient poursuivi le San Juan quelques jours plus tôt, selon les messages envoyés par des membres de l'équipage du San Juan à leurs familles.

Le HMS Clyde et ses hélicoptères Merlin sont le seul système d'armes présent dans la zone capable de tirer les missiles qui ont coulé le San Juan, ainsi qu'il ressort du rapport du CTBTO et l'ordre des opérations.

Voulez-vous des nouvelles plus scandaleuses? Dans la liste, établie par la Marine, des équipes étrangères qui ont offert leur collaboration « immédiate, spontanée et désintéressée » on trouve le britannique HMS Clyde. Avec toute la rigueur, celle-ci est notre hypothèse. Cela apparemment, avait déjà plusieurs antécédents...

APU: Si votre hypothèse est confirmée, nous parlons d'une situation très grave. Avant: Que pouvez-vous nous dire sur ce rapport du CTBTO? Quels éléments contribuent-ils pour penser à une explosion due à une attaque externe?

MP: Notre opinion sur le rapport du CTBTO part de la reconnaissance de sa véracité par tous les acteurs impliqués dans l'enquête.

Le rapport comparatif des explosions (celui attribué à l'ARA San Juan et celui de la MK54) est très riche en informations mais pauvre en conclusions. Les parties les plus importantes du rapport ne sont pas commentées et celles plus insignifiantes nourrissent une conclusion qui n'est jouée ni par la vérité ni par le mensonge.

Après avoir démontré dans le rapport que la comparaison fait apparaître deux explosions quasi-jumelles de sources semblables, ils se sont saisis d'une petite différence pour dire qu'ils peuvent seulement affirmer qu'une explosion a été plus forte que l'autre. C'est logique: faire une conclusion qui déchaîne un conflit régional et peut-être mondial, ne figure pas parmi les missions des techniciens du CTBTO.

Mais au-delà de cela, ce qui est certain c'est que le rapport est beaucoup plus complet et déterminant, au point que Oscar Aguad, ministre de la Défense a déclaré que les explosions étaient identiques avec des valeurs identiques, bien que l'enregistrement de l'une était légèrement plus élevé que l'autre. Le même CTBTO dans le rapport note que ces différences peuvent être causées par des profondeurs différentes, ou l'interaction des ondes sonores avec des courants océaniques, etc...

Maintenant, que ce rapport a été rendu public, vous excluez complètement les opérettes comme celle dirigée par l'agent de renseignements de la marine américaine à la retraite, Bruce Rule, qui nous dit que le ARA San Juan a implosé avec l'équivalence de 5,700 kg de TNT, sans connaitre l'emplacement exact ni sa profondeur, il a pu calculer par magie la vitesse de chute sur le fond marin après l'effondrement supposé. La règle de fonctionnement, repris par les médias comme nouvelles un mois après avoir été publié par les mêmes médias (et sans doute encore aujourd'hui la nouveauté) visant à lever une série d'explosion qui est tout à fait incompatible avec une attaque de missiles. Heureusement, il a échoué.

Maintenant qu'a pris état public ce rapport, sont exclues complètement les opérettes comme celle dirigée par l'agent d'intelligence navale américain éloigné Bruce Rule qui parle de 5.700kg de TNT pour l'explosion de l'ARA San Juan et sans avoir l'emplacement exact ni sa profondeur, il a pu calculer par magie la vitesse de chute sur le fond marin après l'effondrement supposé. L'opération Rule, reprise par les médias comme nouveauté un mois après avoir été publiée par ces mêmes médias (et sans doute aujourd'hui encore comme nouveauté) a eu pour but de lever une série d'explosion qui sont tout à fait incompatibles avec une attaque de missiles. Heureusement, il a échoué.

APU: Pour résumer et bien comprendre votre position. Jusqu'à présent, il y a le rapport du CTBTO, une organisation internationale irréprochable. Ensuite, ce résultat a été comparé à un test effectué par le gouvernement argentin, qui a mesuré l'impact d'une explosion sur une torpille. Selon vous, les deux résultats sont identiques. C'est comme ça? N'y a-t-il pas d'autres éléments pour exclure cette possibilité et réfléchir à la situation d'avarie du navire?

MP: Il n'y a pas de mesures de test pour nier l'hypothèse d'une attaque externe. L'équivalence en TNT est cachée parce que tout ce qu'elle fait est de vérifier l'attaque. Le rapport du CTBTO est très clair à ce sujet. Et c'est l'organisation internationale qui a analysé les deux explosifs, le San Juan et la torpille.

Les communications du commandant rapportant des échecs ne comportent en aucun cas un danger, mais un contrôle de la situation et de la normalité relative. En effet, dans un document fourni par le Chef de Cabinet, Peña, le commandant raconte comment dans l'entraînement habituel de l'équipage, il prépare la navigation avec un circuit divisé (c'est-à-dire en annulant un secteur de batteries).

Toutes les parties concernées conviennent que le sous-marin réunissait des conditions sûres de navigabilité et qu'il a pu effectuer les missions assignées. Ce n'était pas une boîte de sardines attachée avec du fil, ni une arme obsolète. Qui pouvait avoir des manques, beaucoup de manques, personne ne doute, qui devrait être soumis à des réparations périodiques non plus.

Ce que nous examinons ici c'est de savoir si ces manques étaient capables de provoquer une explosion d'une telle ampleur, juste et exactement égale à celle d'une torpille qui dans tout l'Atlantique Sud est seulement déclenchée par les systèmes d'armes britanniques sur lesquels on avait demandé au San Juan de surveiller et de renseigner.

D'un autre côté, le rapport du CTBTO rejette l'idée d'une explosion interne, comme l'a expliqué l'expert de l'UTN, Ariel Garbarz.

APU: Quelle est la proposition de Garbarz?

MP: Ce que Garbarz a analysé, et il l'a fait publiquement, a à voir avec une explosion interne par accumulation de gaz a différents temps d'expansion et d'intensité différente par rapport à une explosion externe par une torpille (dans ce cas, plus de temps et moins d'intensité). Pour sa part, l'expertise conjointe menée par la Marine et le CTBTO détonant la MK54 établit une similitude absolue et concluante dans l'intensité et le temps des signaux. (Note de l'éditeur: APU s'est entretenu avec Garbarz et a confirmé sa position, qu'il a également transmise au ministre Aguad, sans aucune réponse).

Source : agenciapacourondo.com.ar

Remarques :

- le HMS Clyde n'est pas un destroyer, c'est un patrouilleur et il n'a pas de sonar. Mais c'est vrai qu'il a un pont hélico et donc il peut embarquer 'occasionnellement' un hélicoptère Merlin, et je me souviens qu'il était bien présent sur l'ais au début des recherches du sous-marin...

- ce qu'ils appellent missile anti-sous-marin MK-54 est en fait une torpille MK-54, dans le cas présent lancer depuis un hélico.

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5466
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 7:13

Torpille MK 54





HMS CLYDE


Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37552
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 10:27

Le HMS Clyde patrouille dans les environs des Malouines, si il était parti à plus de 300 nm des Malouines, ça se serait vu et su !!!

En plus, le HMS Clyde n'est pas équipé de sonar, donc comment aurait-il pu repérer le San Juan  indecis


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5466
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 10:46

et si il aurait été détecter par les hélicos car il a déjà été survoler par les hélicos

"La deuxième, un document fait référence que l'ARA San Juan avait l'ordre de surveiller le destroyer HMS CLYDE, transportant des hélicoptères anti-sous-marins Merlin.

C'est très important, parce que les Merlin tirent les missiles MK comme ceux qui ont coulé le San Juan. Et ce sont les mêmes hélicoptères britanniques qui avaient poursuivi le San Juan quelques jours plus tôt, selon les messages envoyés par des membres de l'équipage du San Juan à leurs familles.

Le HMS Clyde et ses hélicoptères Merlin sont le seul système d'armes présent dans la zone capable de tirer les missiles qui ont coulé le San Juan, ainsi qu'il ressort du rapport du CTBTO et l'ordre des opérations
."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 62 sur 67Aller à la page : Précédent  1 ... 32 ... 61, 62, 63 ... 67  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les autre Marines - Andere Marines - Other Navies :: Marines du Monde - De Wereld Marines - World Navies-
Sauter vers: