Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion      

Partagez | 
 

 Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64, 65, 66, 67  Suivant
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 12:05

@SCHOETERS CHRISTIAN a écrit:
et si il aurait été détecter par les hélicos car il a déjà été survoler par les hélicos

"La deuxième, un document fait référence que l'ARA San Juan avait l'ordre de surveiller le destroyer HMS CLYDE, transportant des hélicoptères anti-sous-marins Merlin.

C'est très important, parce que les Merlin tirent les missiles MK comme ceux qui ont coulé le San Juan. Et ce sont les mêmes hélicoptères britanniques qui avaient poursuivi le San Juan quelques jours plus tôt, selon les messages envoyés par des membres de l'équipage du San Juan à leurs familles.

Le HMS Clyde et ses hélicoptères Merlin sont le seul système d'armes présent dans la zone capable de tirer les missiles qui ont coulé le San Juan, ainsi qu'il ressort du rapport du CTBTO et l'ordre des opérations
."

Salut Christian,

Si cela c'était passé au large des Malouines, alors ok, mais dans ce cas ci le San Juan se trouvait à plus de 300 nautiques des Malouines lorsqu'il a explosé !

Donc, comment l'hélico aurait-il pu le repérer à cette distance ?

De plus, dans ce secteur, avec tous les pêcheurs présents ils auraient vu l'hélicoptère tirer la torpille et ensuite ils auraient vu l'énorme explosion qui a suivi !?

affaire à suivre...

marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5504
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 12:35

possible indecis
est ce que les positions du SM que l'on nous donnent sont elles vraies ou erronées, car jusque maintenant on nous mène en bateau.
pourquoi cette mission de surveillance des navires anglais au chargement et déchargement, en mer etc.... indecis

wait and see

il n'y a pas plus menteur que des polititiens
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 15:01

@SCHOETERS CHRISTIAN a écrit:
il n'y a pas plus menteur que des polititiens

On est bien d'accord super

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 15:01

https://twitter.com/argentina_today/status/977133609772601344

traduction google de l'article :

Citation :
Les Britanniques ont-ils coulé le sous-marin argentin ARA San Juan? (23.03.2018)

Quatre mois se sont écoulés depuis la disparition du sous-marin argentin ARA San Juan près des îles Malvinas et jusqu'à présent on ne sait pas très bien ce qui a causé le naufrage du submersible.

Un document révèle que la Marine Argentine révèle que l'ARA San Juan « a été envoyé dans une zone militarisée » sous le contrôle exclusif des Britanniques, et où les forces navales et aériennes du Royaume-Uni, du Chili et des États-Unis participaient à des manœuvres militaires. L'explication de la Marine Argentine que le sous-marin a subi un « événement majeur violent, singulier, anormal, court et non nucléaire avec une explosion », le même 15 Novembre, 2017, en conseillant aux parents des 44 membres de l'équipage « de porter des fleurs à la mer ». La Marine n'a offert aucune explication cohérente sur la cause de la tragédie et cela a produit l'indignation dans le pays.

Alors que la presse britannique a basé ses commentaires sur les conclusions de l'Argentine, plusieurs journalistes américains, comme par exemple Tom Rogan du "The Washington Examiner", ont montré leur désaccord avec l'explication officielle de l'Argentine sur ce qui était arrivé (« I do not buy Argentina’s submarine explanation », « Je ne crois pas dans l'explication de l'Argentine sur le sous-marin »). Étonnamment au Chili, presque un mois après ce qui est arrivé avec le submersible argentin, cinq amiraux supérieurs ont été surprenamment mis à la retraite. Personne ne sait si une simple coïncidence avec la disparition du sous-marin argentin ou une conséquence de quelque chose qui a impliqué la marine chilienne que les autorités veulent cacher.

Enfin, la mort des 44 membres d'équipage à bord de l'ARA San Juan est devenu une source de confusion, mystérieux, plein de soupçons et de questions, des réalités et de la tragédie des théories du complot. Les soupçons ont augmenté après le refus du Gouvernement argentin pour que le navire de sauvetage russe Yantar suive le secteur à environ 200 kilomètres au sud-ouest de la zone de recherche qu'on lui a attribué dans l'Atlantique sud. Selon les scientifiques russes, tout indique que c'est là que se trouve le submersible disparu. Quatre mois après la disparition de l'ARA San Juan, des parents de l'équipage exigent du président, Mauricio Macri, qu'il explique « ce qui se passe avec le Gouvernement et les Forces Navales » et pourquoi « on ne laisse pas les Russes travaillent librement pour qu'ils puissent chercher plus au sud. "

Pour comprendre tout ce gâchis, il faut remonter à la Guerre des Malouines - qui a eu lieu du 2 Avril 1982 au 14 Juin 1982 - initiée par la CIA, le MI6, le Mossad et la junte militaire argentine de Leopoldo Galtieri. Cette guerre a eu lieu dans les îles Malouines, la Géorgie du Sud et les îles Sandwich du Sud, situées dans l'Atlantique Sud. Ce fut une double opération du Pentagone et de la CIA qui ont soutenu le Royaume-Uni et qui en même temps ont assuré la junte militaire qu'il serait facile de reprendre les Malouines en promettant à Galtieri le soutien diplomatique de Washington et la fourniture de missiles Exocet français. Mais au moment de vérité, Washington a oublié ses promesses faites aux Argentins et il s'est allié avec Londres, qui a également reçu le soutien logistique du Chili.

Avec cette alliance, la défaite de l'Argentine a été scellée, ce qui a conduit également à la desmalvinización (démalouinisation), qui devait nier à l'Argentine la possibilité d'être une puissance dans l'Atlantique Sud et transformer le pays en un « quasi protectorat britannique » après la signature de la Déclaration conjointe des délégations de l'Argentine, du Royaume-Uni et de l'Irlande du Nord en Février 1990. En signant cet accord, le président Carlos Menem et le ministre des Affaires étrangères Domingo Cavallo (le même gourou qui, en 1998, a été appelé par Eltsine pour « sauver » l'économie russe) a donné à la Grande-Bretagne une suprématie totale sur le territoire des îles Malouines e t à « mettre de côté la zone de protection établie autour des îles ».

Grâce à ce traité, le Royaume-Uni a aussi acquis le droit de contrôler tous les actes, les acquisitions militaires, les déplacements des unités de l'Armée de l'Air,, de la Marine et de l'Armée de la République de l'Argentine. En réalité, les Forces Armées argentines ont été soumises aux Forces Armées britanniques. Julio González dans son livre "Les Traités de Paix par la Guerre des Malouines" (2004) a souligné que depuis la signature de cet accord, Londres a établi une hégémonie dans l'Atlantique Sud, en déterminant que « les navires et les aéronefs argentins qui se déplacent sur le plateau continental argentin sont subordonnés au contrôle britannique, tandis que les navires et les aéronefs anglais qui conversent au large de nos côtes jusqu'au 20ème méridien ne sont pas soumis au contrôle argentin égal par manque de technologie ».

Aussi, le Royaume-Uni ne permet pas à l'Argentine l'installation de radars en Patagonie, en laissant pratiquement « aveugle » les Forces Armées de l'Argentine. Les termes de ce traité ont été observés par tous les gouvernements argentins tour à tour. En outre, depuis 1964, lorsque le Gouvernement d'Arturo Umberto Illia a autorisé à Washington d'envoyer son groupe militaire dans le pays, les représentants du Pentagone ont aussi occupé de façon ininterrompue des bureaux du bâtiment Libertador du Ministère de la Défense argentin jusqu'en 2009, et ce y compris pendant la Guerre des Malouines. En 1983, le président Raúl Alfonsín a confié à la DGSE (Service de renseignement français) et au Mossad (Service de renseignement israélien) de restructurer le service de renseignements argentin. Ce qui est curieux, c'est que le MI6 (Service de renseignement britannique) qui opérait dans le pays depuis 1810 a également participé à ce processus.

Selon le journaliste argentin Diego Pappalardo, depuis la signature du traité, souvent appelé le « Versailles argentin », il y a eu l'annulation d'une classe dirigeante, pensante et protectrice de l'Argentine, la démilitarisation efficace, le désinvestissement stratégique et l'histoire culturelle de l'auto-incrimination pour des crimes injustes que nous n'avons jamais commis et qui continuent à nous frapper avec le récent naufrage du navire argentin ARA San Juan (S-42) qui n'échappe pas à cette occasion. Ce sous-marin, à propulsion diesel-électrique classique est l'un des trois sous-marins de guerre argentins acquis en Allemagne. L'ARA San Luis (S-32) a combattu aux Malouines et a été retiré en 1997. L'ARA Salta (S-31) n'est pas en bon état et l'ARA Santa Cruz (S-41) est en réparation. En bref, avec la disparition de l'ARA San Juan, la marine argentine était pratiquement sans sous-marins.

Du point de vue géo-stratégique britannique, est apparue une condition idéale pour une complète hégémonie de Londres dans l'Atlantique Sud. Pour la sécurité nationale argentine, la perte de son seul sous-marin actif représente un coup sérieux tant physique que moral. Jusqu'à présent personne ne sait si le Gouvernement du Royaume-Uni a été informé ou non sur la sortie en mer du submersible argentin. Récemment, le chef du Gouvernement, Marcos Peña, a informé au Congrès que l'objectif principal du sous-marin « était la localisation, l'identification, et l'enregistrement photographique des navires frigorifiques, les navires logistiques, les pétroliers et les navires de recherche d'autres nationalités ». Le fonctionnaire a aussi indiqué que « comme objectifs matériels secondaires de cette activité, on a établi des navires et des aéronefs qui opèrent depuis les îles Malouines ».

C'est-à-dire que l'ARA San Juan devait effectivement surveiller les navires de guerre des flottes britanniques, américaines et chiliennes qui effectuaient des manœuvres anti-sous-marines. Environ 15 jours avant le naufrage du sous-marin, les navires américains et chiliens faisaient des exercices de sauvetage pour un submersible endommagé dans la même zone où l'ARA San Juan devait opérer. Il est important de noter que lors de son itinéraire plusieurs membres de l'équipage ont envoyé via WhatsApp des messages à leurs parents disant que leur navire était poursuivi par un hélicoptère de la Royal Navy et un navire de guerre de la Marine du Chili. Il y avait également dans la région un avion anti-sous-marin chilien C-295.

De là, toutes les informations sont perdues et jusqu'à présent il n'y a pas de version officielle sûre de la disparition du sous-marin argentin. Le silence officiel suggère qu'il existe un accord entre le Royaume-Uni, les États-Unis et le Chili avec le gouvernement de l'Argentine pour dissimuler les causes du naufrage du navire. À cela s'ajoute le refus de Buenos Aires au navire de sauvetage russe Yantar de suivre la zone où, selon ses données, on peut trouver l'ARA San Juan qui a apparemment coulé à environ 200 kilomètres de la zone de recherche assignée au Yantar. Ce navire a des drones submersibles et deux petits sous-marins, le Rus et le Konsul. Chacun, avec un équipage de trois personnes, peut plonger jusqu'à une profondeur de 6.000 mètres; cependant, des forces puissantes obligent le gouvernement de l'Argentine et ses forces armées à ne pas permettre aux Russes de trouver le sous-marin endommagé sous prétexte qu'il s'agit d'un « navire espion ».

Toujours, au cours de l'histoire, les intérêts géopolitiques ont prévalu sur les sentiments humains et les sensibilités sociales. C'est ce qu'affirmait politiquement l'ex-militaire et combattant argentin de la guerre des Malouines, Aldo Rico, lorsqu'il a déclaré que « le sang des soldats sèche rapidement ». Puis leurs noms sont oubliés, à l'exception de leurs parents et amis qui se souviendront toujours des 44 membres d'équipage de l'ARA San Juan en leur portant des fleurs tous les 15 novembre à la mer où reposent leurs corps et en demandent de savoir un jour la vérité pour que finalement ils reposent en paix.

Source : argentinatoday.org

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5504
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 15:24

Salut a tous

Espionnage
 (ce qui confirme mes intuitions et détruit par les anglais, faille technique du SM nous a été dévoiler = camoufflage)
On ne sous estime pas les ANGLAIS
Good Save The Queen



le chef du Gouvernement, Marcos Peña, a informé au Congrès que l'objectif principal du sous-marin « était la localisation, l'identification, et l'enregistrement photographique des navires frigorifiques, les navires logistiques, les pétroliers et les navires de recherche d'autres nationalités ». Le fonctionnaire a aussi indiqué que « comme objectifs matériels secondaires de cette activité, on a établi des navires et des aéronefs qui opèrent depuis les îles Malouines ».

C'est-à-dire que l'ARA San Juan devait effectivement surveiller les navires de guerre des flottes britanniques, américaines et chiliennes qui effectuaient des manœuvres anti-sous-marines. Environ 15 jours avant le naufrage du sous-marin, les navires américains et chiliens faisaient des exercices de sauvetage pour un submersible endommagé dans la même zone où l'ARA San Juan devait opérer. Il est important de noter que lors de son itinéraire plusieurs membres de l'équipage ont envoyé via WhatsApp des messages à leurs parents disant que leur navire était poursuivi par un hélicoptère de la Royal Navy et un navire de guerre de la Marine du Chili. Il y avait également dans la région un avion anti-sous-marin chilien C-295.

De là, toutes les informations sont perdues et jusqu'à présent il n'y a pas de version officielle sûre de la disparition du sous-marin argentin. Le silence officiel suggère qu'il existe un accord entre le Royaume-Uni, les États-Unis et le Chili avec le gouvernement de l'Argentine pour dissimuler les causes du naufrage du navire. À cela s'ajoute le refus de Buenos Aires au navire de sauvetage russe Yantar de suivre la zone où, selon ses données, on peut trouver l'ARA San Juan qui a apparemment coulé à environ 200 kilomètres de la zone de recherche assignée au Yantar. Ce navire a des drones submersibles et deux petits sous-marins, le Rus et le Konsul. Chacun, avec un équipage de trois personnes, peut plonger jusqu'à une profondeur de 6.000 mètres; cependant, des forces puissantes obligent le gouvernement de l'Argentine et ses forces armées à ne pas permettre aux Russes de trouver le sous-marin endommagé sous prétexte qu'il s'agit d'un « navire espion ».
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Ven 23 Mar 2018 - 21:58

https://twitter.com/LU24TresArroyos/status/977274307503116288

traduction google de l'article :

Citation :
Dans l'Acte sur les Malouines, ils demanderont que « ils n'abandonnent pas la recherche de l'ARA San Juan » (23.03.2018)

Comme chaque année, le lundi 2 avril à 11 H du matin devant le monument du Lieutenant Volponi on effectuera l'Acte pour le Jour des Vétérans et de ceux Tombés durant la Guerre des Malouines.

Mario Pardiñas, ancien combattant aux Malouines, a parlé avec LU 24 et il a dit que cette année sera spéciale, parce que à la demande des parents des membres de l'équipage de l'ARA San Juan, on exhibera une bannière qui dira « de ne pas abandonner la recherche du sous-marin », une demande qui sera effectuée dans tout le pays à cette date tellement spéciale. « C'est pour les gens qui ont perdu leurs proches, qui cherchent une sorte de réponse et nous voulons leur donner un coup de main", a-t-il dit.

Il a également donné son point de vue sur ce qui est arrivé avec le sous-marin: « Pourquoi ont-ils dit aux États-Unis qu'ils ont enregistré une explosion près des Malouines, nous croyons, nous les anciens combattants, que c'étaient en fait les britanniques, alors nous devons demander à la Russie qu'ils continuent les recherches et qu'ils ne quittent pas l'opération de recherche ».

Il a aussi ajouté: « Nous voulons aider les parents, c'est pourquoi il y aura les bannières, pour qu'ils se sentent accompagnés et nous voulons leur donner un coup de main de ce côté. ».

Il a de même ajouté : « Nous voulons aider aux parents avec un granit de sable, c'est pourquoi ce qui est des pancartes, pour qu'ils soient convenus accompagnés et voulions lui donner une main depuis cette partie ».

Source : lu24.com.ar

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Sam 24 Mar 2018 - 9:19

https://twitter.com/ampmnoticias/status/977393617269608448

traduction google de l'article :

Citation :
Tragédie de l'ARA San Juan: pour Griselda Alvarenga, "la Marine ne veut pas que le sous-marin soit trouvé" (24.03.2018)

La femme du caporal-chef sous-marinier, Jorge Ortíz, membre d'équipage de l'ARA San Juan, le sous-marin qui disparu dans la mer d'Argentine en Novembre 2017. L'interview avec AMPMNOTICIAS.com a été effectuée dans le cadre de l'hommage que la Municipalité de Garupá a offert au jeune militaire originaire de cette localité.

Ce vendredi 23 Mars la commune a baptisé avec le nom « Cabo Submarinista principal Jorge Isabelino Ortíz » le Palais omnisports Municipal du quartier Ñu Pora, où George a vécu une grande partie de sa vie.

"Jorge était un bon gars"

Griselda, qui a 34 ans, est originaire de la ville de Posadas, et elle s'est mariée avec Jorge Ortíz, quand celui-ci a été reçu comme sous-marinier, dans la ville de Mar del Plata, où vivaient depuis huit ans les trois membres de cette famille, puisqu'ils ont un fils de deux an et demi.

« Jorge était très apprécié par ses pairs, intelligent, bon père, bon compagnon, bon mari, bon frère, un bon gars, » définit Griselda de son mari, avec l'émotion qui transitera à travers tout le discours; et elle raconte un fait peu connu: Jorge était arbitre (du SADRA) dans la ligue de football de Mar del Plata.

Elle a dit que le marin "a passé quelques années à bord, puis il a eu l'idée de devenir un sous-marinier, ce qui n'est pas pour tout le monde parce que ce groupe est une élite, et il a commencé sa carrière. Il était électricien, et compte tenu de sa spécialité, l'une de ses fonctions était l'entretien des batteries », explique Griselda, se référant à l'un des équipements qui a été mentionné à plusieurs reprises comme étant au centre d'une faille potentielle.

Griselda vit des jours difficiles. Elle parle de Jorge au présent et au passé, et elle a un regard triste, comme à la recherche de réponses qui sont de plus en plus insaisissables. Comme il se produit sûrement avec les autres femmes proches dans cette tragédie, Griselda erre entre la tristesse due à une absence inattendue, la douleur de savoir qu'il ne reviendra sûrement pas en vie, et l'incertitude due au manque d'information, ou pire, d'avoir la certitude que beaucoup de choses sont cachées.

"La marine argentine ne collabore pas"

"Nous sommes comme depuis le début, sans information. C'est vrai qu'il y a des rapports officiels tous les jours et que le navire russe ("Yantar") recherche avec sa technologie, la plus avancée au monde pour ces cas, mais malheureusement la marine argentine ne collabore pas ", explique-t-elle.

Elle ajoute en ce sens que "il y a des points, des endroits, où l'Argentine ne laisse pas le navire russe faire des pistages, donc ils ne peuvent pas chercher où ils veulent", pour immédiatement assurer avec une pleine conviction que "la marine ne veut pas que le sous-marin soit trouvé, et cela je le crois comme toute l'Argentine le croit. "

Connaître l'activité à laquelle se consacrait son mari lui permet d'affirmer qu '«un sous-marin ne peut pas disparaître, c'est comme ça», et elle assure que la diversité des informations ne fait que générer de la confusion et des doutes. «Chaque jour apparaissent des choses : ils sont allés à un exercice militaire et ensuite ils ne l'ont pas fait, ils avaient des torpilles mais après ils n'en n'avaient pas, ils étaient dans la zone des Malouines pour le nier le lendemain, et ainsi de suite».

Après avoir commenté que sa situation est difficile parce que "les femmes des membres de l'équipage nous sommes totalement démunies, seules, nous recevons à peine les salaires mais pas autre chose", Griselda soutient cependant que pour chacun d'entre eux "l'important est de savoir ce qui s'est passé et avoir la paix. C'est difficile de faire le deuil sans quoi que ce soit qui te dit qu'il est revenu, c'est très triste », dit-elle.

"Le navire avait beaucoup de réparations à faire"

Dans la dernière partie de l'entretien, Griselda Alvarenga raconte que "en octobre (de 2017) le sous-marin est parti vers la ville d'Ushuaia, et à ce moment là Jorge m'a dit que le navire avait beaucoup de réparations à faire durant le voyage".

"Le 8 novembre, j'ai reçu son dernier message. Il m'a dit "si Dieu le veut, je serai de retour le 27 novembre. Prends soin de notre bébé. Je vous aime", mais Dieu ne voulait pas qu'ils reviennent ... ", ajoute-t-elle, pour conclure en soulignant que le gouvernement argentin n'a pas l'intention de rendre toute la vérité publique : " la récompense qu'ils ont mise pour leur recherche est un mensonge. Nous savons tous que pour cet argent, personne ne va entreprendre un suivi qui est beaucoup plus coûteux que ce montant. "

Source : ampmnoticias.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Sam 24 Mar 2018 - 11:34

L'aviso ARA ISLAS MALVINAS (qui est équipé du ROV russe "Panther Plus" qui peut descendre jusqu'à 1.000 m de profondeur) est enfin sorti de cale sèche, et il est maintenant à quai dans la base navale de Puerto Belgrano. Il devrait donc normalement repartir bientôt vers la zone de recherche ?


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Dim 25 Mar 2018 - 21:02

https://twitter.com/Submarineering/status/977908793722974211

traduction google de l'article :

Citation :
Exclusif: les documents qui prouvent que l'ARA San Juan a levé l'ancre sans les inspections de sécurité ordonnées (25.03.2018)

Le sous-marin disparu n'aurait pas dû sortir pour naviguer le 25 octobre, les contrôles exigés par l'Inspection Générale de la Marine n'ayant pas été effectué, comme le démontrent des documents officiels obtenus par Infobae

Le ARA San Juan ne devait pas sortir pour naviguer le 25 octobre 2017 parce qu'il n'avait pas effectué, comme prévu, le «contrôle de sécurité» ordonné par l'Inspection Générale de la Marine (ISGA). Ceci est révélé par des documents irréfutables qui ont été ajoutés à l'enquête sur la disparition du sous-marin dirigée par le juge fédéral de Caleta Olivia, Marta Yañez, et que Infobae publie de manière exclusive.

Ce jour-là, il est parti de la base navale de Mar del Plata avec 46 membres d'équipage - deux ont débarqué à Ushuaia - et n'est pas revenu.

Le 15 novembre de la même année, à six heures du matin, le responsable des communications du navire de guerre déclarait: « Entrée d'eau de mer par le système de ventilation du réservoir de batterie N ° 3, ce qui a provoqué un court-circuit et un début d'incendie dans le balcon de la barre des batteries. Les batteries de proue sont hors service, en ce moment en immersion nous nous propulsons avec le circuit divisé. Sans nouveauté pour le personnel. Je vous tiendrai informé ».

Le message crypté et secret avait comme destinataire le Commandement de la Force de Sous-marins (COFS), dirigé par le capitaine Claudio Villamide, et l'officier supérieur immédiat du commandant de l'ARA San Juan, Pedro Martín Fernández. Près de trois heures plus tard, à 08h52, le Commandement de la Force de Sous-marins retransmet le message au Commandement de l'instruction et de l'enrôlement (COAA), dirigé par le contre-amiral Luis Enrique López Mazzeo, supérieur de Villamide.

Un document pertinent

Ce même jour, le 15 novembre, quand le sous-marin avait déjà reçu l'ordre de changer de direction et de se diriger vers la Base Navale de Mar del Plata pour les rentrées d'eau de mer par le snorkel, produites le 14, et qui sont arrivés jusqu'au système de ventilation des batteries de proue et ont provoqué un court-circuit et un début d'incendie, le capitaine Villamide a signé un « MESSAGE NAVAL SECRET », dans lequel il reconnaissait qu'il avait postposé pour décembre l'inspection de sécurité que devait effectuer l'ARA San Juan, après la navigation qu'il avait maintenue entre le 1er et le 19 juillet de cette même année 2017, et dans laquelle le commandant Fernández avait déjà signalé des problèmes dans les batteries et l'entrée d'eau par le snorkel.

Les termes militaires textuels renversés par Villamide dans le document présenté par la marine argentine elle-même sont les suivants: "Pour des raisons opérationnelles l'Inspection administrative et de sécurité est reportée pour la première quinzaine de décembre 2017" (voir document).

Le "MESSAGE NAVAL" est daté du dramatique 15 novembre, à 8h13 du matin, soit 39 minutes avant que Villamide ne communique à son supérieur, López Mazzeo, sur le début d'incendie qui s'est passé à bord de l'ARA San Juan.

Le rapport, comme il correspond, avait été adressé à l'Inspection Générale de la Marine, qui dans le message apparaît avec les abréviations "ISGA". Cet organisme avait ordonné au Commandement de la Force de Sous-marins (et à tous les Commandement de la marine) d'effectuer des inspections «administratives et de sécurité» sur l'ARA San Juan.

Le chef du secteur encore aujourd'hui c'est le Contre-amiral Eduardo Alfredo Pérez Bacchi. Cet officier avait remplacé le contre-amiral Guillermo Luis Lezana des mois plus tôt. Pourquoi le capitaine Villamide, le jour même de la disparition de l'ARA San Juan, a-t-il déclaré qu'il n'avait pas procédé à l' « inspection de sécurité » prévue du sous-marin et qu'il ne l'avait pas fait auparavant ?

Ou ce qui est pire, pour quelles raisons a-t-il décidé qu'il était plus important que le navire de guerre, entre autres activités, développe les "tâches de contrôle de mer", selon l'ordre "1/17 'C'", que le même Villamide avait arrangé, et qu'a approuvé son supérieur, Lopez Mazzeo, plutôt que de protéger l'intégrité de l'équipage et du navire ?

Les questions n'ont toujours pas de réponse. Mais peut-être que les officiers pourront répondre au juge Yañez quand elle les appellera pour témoigner.

Les deux inspecteurs généraux de la Marine ont déjà comparu devant le juge en tant que témoins, et ont compliquée aussi avec leurs déclarations tant le chef du commandement de la formation  et l'enrôlement de la Marine (COAA), que le désormais ancien chef de la force de Sous-marins (COFS).

Ils ont fait valoir que l'ARA San Juan a levé l'ancre de la base navale de Mar del Plata en étant en utilisation de la disposition « n ° 1/15, » de l'Inspection général de la Marine, où il est ordonné au commandant de la force de sous-marins étant en vigueur, c'est-à-dire, Villamide, d'effectuer des "inspections administratives et de sécurité" à la fois sur le sous-marin aujourd'hui disparu et sur l'ARA Salta.

Par conséquent, le même Villamide a dicté l'ordre transitoire n ° 7/17 « R » qui souligne qu'il y a un « besoin d'exercer une surveillance adéquate de l'action des commandes dépendantes » et « le besoin d'identifier les problèmes existants le plus tôt possible pour assurer leur solution rapide. "

Pour cette raison, au premier point, la même Commandement de la Force de Sous-marins (lire Villamide) « ORDONNE » d'effectuer des inspections administratives de sécurité et de contrôle interne aux commandements dépendants « pendant la présente année »; c'est totalement étrange et contradictoire que l'autorité de qui a émané de cet ordre soit la même autorité responsable qui ne l'a pas exécutée.

La note signée par le chef du commandement de la force de sous-marins est datée du 26 septembre 2017, soit 34 jours avant que l'ARA San Juan ne mette en avant sa mission.

Auditeurs devant le juge

Dans son exposition devant la juge, et en présence d'un avocat pour le procès, Luis Tagliaprieta, père du lieutenant de corvette Alejandro Tagliaprieta, un de des 44 disparus, les inspecteurs généraux de la Marine, tant Pérez Bacchi que Lezana, ont maintenu leurs avis sur les « découvertes » dans le sous-marin qui devaient être résolus dès que possible.

Lezana, celui qui a signé l'audit de 2016 dans lequel se sont trouvés les principales lacunes importantes qui ont été trouvées sur le San Juan et qui n'avaient pas été réparée avant les navigations de juillet et octobre, a déclaré que les supervisions de la Flotte de la mer ne sont pas capricieux, qu'elles correspondent au « plan annuel d'inspection » approuvé par le Bureau général du contrôleur (SIGEN) et le ministre de la défense lui-même, Oscar Aguad, « a un comité permanent de la planification et de la coordination des activités de contrôle interne du ministère de la défense, présidé par le chef du cabinet des ministres, et auquel s'élève aussi le Plan annuel d'inspections ».

En bref, que le ministère de la Défense savait aussi l'état des affaires du navire malheureux, dans l'état qui sortait pour effectuer ses opérations, et qui n'avait pas respecté les inspections qui auraient dû être effectuées par le Commandement de la Force des sous-marins.

C' était le résumé interne de l'Audit Général de la Marine, ordonné par Aguad lui-même de trouver les auteurs présumés de la tragédie du San Juan, qui a déterminé que, jusqu'à la fin l'enquête de la Marine, Villamide et López Mazzeo est ferme , leurs charges ont été séparées pour «risquer l'intégrité physique de leurs subordonnés, sans nécessité évidente, et pour avoir agi avec négligence / imprudence grossière et grave en n'empêchant pas le sous-marin ARA San Juan de naviguer après les graves anomalies détectées - tant dans l'inspection N ° 10/16 'S', comme dans la navigation précédente du SUSJ pour 'Contrôle de la mer' effectuée entre le 1er et le 19 juillet 2017, circonstances connues des personnes impliquées - et non surmontées, sans preuve de mesures de contrôle et la supervision en cas de danger pour l'équipage et l'unité navale, causant également, probablement, le manque de contrôle et de supervision des deux autorités navales, la perte de contact définitif avec le sous-marin ARA San Juan ".

Chacune de ces irrégularités a été enregistrée devant le tribunal du juge Yañez, bien qu'à ce moment la marine et le ministère de la Défense analysent si la mesure disciplinaire contre López Mazzeo et Villamide est efficace - comme le demande la plainte - ou non, car elle aspire le Ministre Aguad, selon ses propres mots.

Ils demandent la démission du ministre Aguad

"Aguad est un ministre inopérant, alors nous demandons sa démission", a déclaré l'avocat Tagliaprieta à Infobae depuis Caleta Olivia.

Pensez-vous qu'après les déclarations des inspecteurs généraux de la Marine, l'enquête interne contre Lopez Mazzeo et Villamide qui a conduit à la séparation de leurs positions devrait être ferme préventivement, ou ils doivent supprimer les sanctions?

- Si le résumé est annulé, ce serait un scandale.

- Mais c'est ce que demande le ministre Aguad.

-Je répète, le ministre devrait démissionner. Il ne sait rien, il n'a pas non plus de conseillers qui le conseillent bien.

-Mariano Pi, le coordinateur du Réseau de recherche fédéral ARA San Juan, a déclaré que son hypothèse est que le sous-marin « a été coulé par une attaque de missiles externe. »

-Ici il n'y a pas une seule hypothèse, la juge étudie tout et nous le soutenons. Le San Juan est allé naviguer sans les conditions de sécurité requises. Il était clair qu'il a navigué sans les contrôles de sécurité ordonnés. Il y a des communicateurs qui soutiennent également que l'ARA San Juan a été coulé par un missile anglais parce qu'il se trouvait près de Malouines. La Marine est la meilleure personne pour diffuser cette version fantaisiste parce qu'elle met le problème à l'extérieur et non dans la force.

Source : infobae.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 8:41

https://twitter.com/junchyg16/status/978134379292692480

traduction google de l'article :

Citation :
Le gouvernement a admis que l'ARA San Juan était dans un exercice avec l'ensemble de la flotte navale (25.03.2018)

Des sources officielles ont déclaré que "ce sont des actions de routine" et qu'elles n'étaient pas liées à la tragédie.

La participation du sous-marin ARA San Juan, avant sa disparition, à un exercice militaire a été admise ce dimanche par des sources du gouvernement national.

L'information, publiée ce dimanche par Clarín, a rendu compte qu'avant de disparaître le sous-marin a effectué des opérations dans l'Atlantique Sud avec une partie de la flotte de la marine argentine, données qui jusqu'à maintenant n'avaient pas été rendues publiques.

Le rapport, classé "Confidentiel", publié par ce journal avait fait l'objet aussi de questions par des parents de membres de l'équipage du sous-marin disparu, qui avaient connaissance des manœuvres dans le sud, actions qui selon le gouvernement sont "routinières" et sont effectués de manière périodique.

Il y a eu, en effet, une discussion dans la Commission Parlementaire créée pour enquêter sur la disparition de l'ARA San Juan sur l'occasion d'interpeller le ministre de la Défense, Oscar Aguad, devant ce que les membres de ce corps ont considéré comme "les désaccords" entre les expressions publiques du fonctionnaire et le rapport que Marcos Peña a présenté au Congrès.

Le parti au pouvoir a résisté à la convocation de Aguad. Ces familles seront présente mardi. Au Congrès, on suppose que l'intention de convoquer le ministre de la Défense prendra sa force à partir de là.

La confirmation que l'ARA San Juan a participé aux opérations a été mentionnée - maintenant que cela allait au-delà - par le gouvernement comme preuve supplémentaire pour indiquer que le sous-marin était capable de naviguer.

"Les opérations militaires, pour des raisons évidentes, ne sont pas divulguées", ont déclaré des sources officielles à Clarín. Ils ont également indiqué que ces manœuvres n'avaient aucun rapport avec la tragédie qui est arrivée au sous-marin.

Ces affirmations officielles sont sous la loupe du Congrès. Guillermo Carmona, député du FpV, fera une demande de rapport pour accéder aux détails de l'opération car, a-t-il expliqué, il existe des "incohérences" entre ce qui a été exprimé et les informations connues ces derniers temps.

"Les contradictions avec les déclarations du ministre, des commandements de la marine et du chef de cabinet sont très inquiétantes", a déclaré Carmona et il a prévu que la Commission demandera, selon ses pouvoirs, qu'on lève tout secret sur les opérations du sous-marin, ainsi que sur son entretien.

Dans un fait déroutant, le chef de Cabinet Marcos Peña a informé les députés ce mois-ci que le sous-marin avait pour tâche secondaire la surveillance des navires et des aéronefs dans les îles Malouines. L'officiel a remis un rapport confidentiel de la marine argentine avec des coordonnées qui indiqueraient que l'ARA San Juan aurait pu être à quelques kilomètres des Malouines. La marine l'a nié: elle a dit qu'il s'agissait d'une erreur.

Clarín rapporte ce dimanche que l'ARA San Juan a participé à une opération avec une partie de la flotte de la marine, qui a consisté à faire exploser le ARA Somellera, un vieux navire qui était hors service.

Cet exercice a été fait au large de l'île des États.

Les exercices dans l'Atlantique Sud faisaient partie d'une opération à laquelle seule la marine argentine a participé. En effet, au Congrès les autorisations soulevées par la Défense pour la réalisation de 23 opérations impliquant d'autres pays sont "gelées".

Source : clarin.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 10:34

https://twitter.com/ORUERICKY/status/978108375216115712

traduction google de l'article :

Citation :
Avant de disparaître, l'ARA San Juan faisait partie d'un exercice avec l'ensemble de la flotte de la Marine (25.03.2018)

L'ARA San Juan a participé à une mission avec toute la flotte de la Marine, le plus grand exercice naval déployé depuis 1983. On a aussi su qu'il était passé à 5 miles de la zone des Malouines parce qu'il avait comme mission de contrôler les bateaux de pêche britanniques.

Le sous-marin n'est pas parti de l'Atlantique Sud jusqu'à Mar del Plata seul. Tout le contraire. La flotte entière de la marine argentine a navigué à travers la région. Les navires, corvettes, patrouilleurs avec des plongeurs tactiques et même des aéronefs, s'exerçaient avec le San Juan dans le plus grand exercice naval déployé par la Marine depuis 1983. Même le sous-marin disparu a participé à l'opération au plus grand risque militaire de ce plan conjoint accompli jusqu'à la fin. C'était de faire exploser délibérément un navire désaffecté de la Marine, qui a été choisi pour être la cible d'une offensive militaire des navires de surface et aussi des sous-marins tels que le San Juan. Ils l'ont coulé avec des tirs de missiles et avec des mines que les plongeurs tactiques ont placés sur le navire, qui a finalement explosé. Ce vieux navire s'appelait ARA Comodoro SomlleraARA Comodoro Somllera. Les armes navales, certaines d'entre elles sont furtives, l'ont détruit selon la procédure articulée par le plan de l'Exercice, la zone que cette opération confidentielle par la Marine identifiée comme son « point rouge » est un secteur proche à l'Île des États, en face de la Terre de Feu. Selon des documents classés comme « confidentiels » qu'a révélé Clarin, ils montrent que, au-delà de l'histoire racontée par les plus hautes autorités de la Marine, l'ARA San Juan n'avait pas comme seule mission de patrouiller dans les eaux territoriales de l'Argentine pour détecter des bateaux de pêche étrangers qui pourraient les sillonner et les exploiter de manière illégale. Le fait qu'il ait rempli son rôle dans l'exercice conjoint prouve que le San Juan pouvait alors naviguer. Et naviguer même avec la solvabilité de manière à prendre part, avec la proéminence d'armes variables, dans l'explosion réussie et calculée du Somellera. Ensuite, oui, le sous-marin est parti vers le golfe de San Jorge et vers Mar del Plata, et le 15 novembre on l'a perdu. Le gouvernement a montré au Congrès des documents confus indiquant avec des annotations manuscrites et des ratures sur le texte, que le sous-marin a disparu, avec ses quarante-quatre membres d'équipage, serait entré dans les deux cent milles nautiques qui, en accord avec le Royaume-Uni, sont les limites du périmètre des îles Malouines à l'intérieur desquelles les autres navires de guerre ne pouvaient naviguer que ceux des marins qui étaient des sujets de la Reine Isabel II. Le plan naval du sud, qui a mobilisé toute les forces de la Marine, y compris l'ARA San Juan, et qui avait comme durée un mois, et comme théâtre d'opérations les eaux du canal de Beagle, a été organisé par le contre-amiral José Luis López Mazzeo, Commandant de l'enrôlement et de la formation de la Marine. Aux yeux de la plus grande partie de la Marine, Lopez Mazzeo, paraissait le successeur naturel de son supérieur hiérarchique, Marcelo Srur. La disparition de l'A.R.A San Juan a déclenché un conflit interne dans la force à l'intérieur du dôme de la Marine pour éviter la promotion de Lopez Mazzeo. Cette situation a été reconnue par les hauts fonctionnaires du ministère de la Défense, qui a mis fin au conflit en réglant la question de façon retentissante. Au milieu de la crise institutionnelle provoquée par la disparition de San Juan, Srur a lancé un rapport interne sur Lopez Mazzeo, dans lequel il a la responsabilisé de la vie des quarante-quatre membres d'équipage du sous-marin. López Mazzeo a répondu en toute légalité. Le ministre de la Défense, Oscar Aguad, a été surpris par le rapport de Srur et il lui a demandé de prendre sa retraite. Comme déterminé dans la documentation, l'A.R.A. San Juan est parti pour les ports du sud, où il a rejoint le reste de la flotte de la marine, avec plusieurs objectifs prédéfinis à l'avance. Ils sont résumés dans un document interne de la marine, de cette manière : « LEVER L'ANCRE À PARTIR DU 27 OCTOBRE, EXÉCUTER DES ACTIVITÉS D'INSTRUCTION NAVALE INTÉGRÉE DANS DES ACTIONS DE DÉFENSE AÉRIENNE, ANTI-SOUS-MARINE, ANTI-SUFACE ET AMPHIBIES. PENDANT LES OPÉRATIONS EFFECTUER DES RECONNAISSANCES DU LITTORAL MARITIME, VISITER LES PORTS DE ((USU)), DU 6 AU 9 NOV Y ((DRY)) DU 20 AU 22 NOV, ET EXÉCUTER POSTÉRIEUREMENT UNE RENCONTRE TACTIQUE EN PRÉVOYANT DE SE RENDRE À PORT BELGRANO À PARTIR DU 25 NOV. » Selon des sources de la Marine et du Ministère de la Défense, l'ARA San Juan, à un moment de son voyage, aurait navigué à une distance de cinq miles avec la limite "de la Couronne", comme ils ont appelé la zone de conflit avec le Royaume-Uni sur la souveraineté des îles Malouines. Toujours de façon informelle, au sein du gouvernement, ils admettent que le San Juan avait pour mission de surveiller les eaux argentines, mais en particulier de prêter attention si des bateaux de pêche à drapeau anglais dépassaient les limites de la Couronne de Sa Majesté: mais dans la direction opposée, entrant dans la mer d'Argentine. Comme il est indiqué dans le dossier du tribunal qui est instruit par la juge Martha Yanez, de Caleta Olivia, qui enquête sur la disparition du San Juan, le sous-marin, dans un précédent voyage à travers l'Atlantique Sud, s'est effectivement heurté avec des navires étrangers. Certains, gérés par des sujets de la reine Elizabeth II. Dans ce qui devait être son dernier voyage, le San Juan avait l'ordre de repérer et d'essayer d'obtenir du matériel audiovisuel sur de possibles navires intrus au large des côtes de l'Argentine. Au paragraphe 4 du document de la Maine également « Confidentiel », intitulé « FORMATION FINAL SPECIFIQUE STAGE INTÉGRÉ » on signale l'importance qui était donnée au voyage du San Juan par les eaux nationales : « PENDANT LE DEVELOPPEMENT DE TOUS STAGE DOIT ÊTRE STRESS LE CONCEPT DE CONSCIENCE DE DOMAINE MARITIME (MDA) SUIVI DE ATTACHÉ ET CONTRÔLE DE CONTINU MARITIME ESPACES TRIBUNAUX D'INTÉRÊTS ET MANOEUVRE EN TANT QUE TÂCHE PERMANENT DE LA PHASE PRÉCÉDENT D'UTILISATION DES INSTRUMENTS MILITAIRE DANS LE CADRE DES PLANS EN VIGUEUR " , lit dans un de ses paragraphes. Et il ajoute le texte du document: « LE GROUPE DE TRAVAIL DOIT MAINTENIR À TOUT MOMENT UNE SITUATION CLAIRE SURFACE ET SOUS-MARIN QUI PERMET, EN COORDINATION AVEC LA CENTRALE D'OPÉRATIONS DE CE COMMANDEMENT, DE CONTRIBUER AUX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SURVEILLANCE STRATÉGIQUE DE L'ATLANTIQUE SUD. EN SENS ÉGAL, IL REPORTERA LES CONTACTS AÉRIENS QUI SONT OBTENUS À LA GARDE DU CENTRE AÉROSPATIAL EN MERLO (COAMER) EN CONTRIBUANT À LA SURVEILLANCE ET AU CONTRÔLE AÉROSPATIAL… ». Une commission d'experts analyse même ce qui s'est passé avec le San Juan. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'organisme de recherche internationale de sous-marins, connu sous les sigles de ISMERLO, sont d'accord qu'il y a eu une explosion soudaine du navire à l'endroit où les autorités ont informé à ce sujet. L'Ordre d'Opérations du Commandement de la Flotte de Mer N° 14, spécifie, après avoir qualifié la «situation» de l'opération dans l'Atlantique Sud, jamais réalisée à ce jour dans cette ampleur par la Marine, aujourd'hui décimée par le budget, met en lumière une question cruciale. Il dit ainsi : « Forces ennemies : il n'y a pas ».

Source : minutouno.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 11:15

https://twitter.com/angelomilano17/status/978176532547022848

traduction google de l'article :

Citation :
Plainte pénale contre Oscar Aguad pour son rôle dans la disparition de l'ARA San Juan (26.03.2018)

"Nous écoutons des excuses depuis 120 jours"

Le ministre de la Défense sera dénoncé aujourd'hui pour manquement à ses devoirs, abandon de personne et dissimulation.

Le ministre de la Défense, Oscar Aguad, sera dénoncé pénalement aujourd'hui pour violation des devoirs d'un fonctionnaire public, abandon de personne et dissimulation: la présentation sera faite par Luis Tagliapietra, un parent de l'un des 44 membres d'équipage de l'ARA San Juan, le sous-marin disparu depuis novembre passé. "Nous avons épuisé les temps d'attente. Nous avons passé 120 jours à écouter des promesses, des excuses, des justifications, à soutenir des erreurs supposées. La semaine dernière nous lui avons demandé de démissionner et ni lui (pour Aguad) ni le président n'ont été délivrés. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase a été de dire que la mer peut être pour ces marins un tombeau définitif » et que « tout est fait pour que nous ne sachions pas », a indiqué Tagliapietra sur le document qu'il portera ce midi aux tribunaux de Comodoro Py.

Le plaignant est le père d'Alejandro Tagliapietra, le lieutenant de corvette âgé de 27 ans qui faisait partie de l'équipage de l'ARA San Juan. Avocat, dans les jours postérieurs à la disparition du sous-marin, Luis Tagliapietra est devenu l'un des membres des familles qui dénoncent que le Gouvernement a été passif dans la recherche et qu'il a dissimulé des informations sur ce qui est arrivé.

« Un ministre doit reconnaître sa propre inefficacité, il doit se débrouiller seul ou doit être destitué par le président », a-t-il dit hier en insistant sur la demande que Aguad soit démis de ses fonctions. "Le ministre a démontré non seulement son incapacité à agir dans la recherche, mais il a également reconnu publiquement qu'il ne serait pas pertinent de se conformer à l'engagement du président de continuer à chercher les 44 sous-mariniers. C'est-à-dire qu'il les a abandonné à leur sort et, par conséquent, a mené à la mort ces personnes. "

Les déclarations qui ont donné lieu à la plainte ont été prononcées par le ministre de la Défense quatre mois après la disparition de l'ARA San Juan. « La mer peut être pour les marins un tombeau définitif (...) La justice doit comprendre ce qui a causé la tragédie, le problème est que c'est très complexe, car tout est fait pour que nous ne sachions pas ». C'est sur ces propos que Tagliapietra soutient sa plainte.

Le parent considère "évident que le ministère a dissimulé des informations importantes concernant ce qui s'est passé. En privé, il a promis il y a plus d'un mois, de remettre des informations importantes à la Cour fédérale de Caleta Olivia, chose qu'il n'a pas encore effectué ».

Sur les informations indiquant que le sous-marin est passé a 5 miles de la zone des Malouines, Tagliapietra dit « c'est faux parce que cela ne correspond pas avec les points de géolocalisations des appels par satellite, qui nous ont permis de connaître tout le parcours qu'a fait la ARA San Juan depuis qu'il a levé l'ancre d'Ushuaia jusqu'à sa dernière communication. "

"Cela vient de ce que le chef de cabinet (Marcos Peña) a déclaré dans son rapport devant le Congrès national. Le ministère de la Défense a fourni des informations sur l'itinéraire allégué à l'ARA San Juan, avec une rectification faite à la main donnant des coordonnées autour des Îles Malouines. C'est le produit d'une erreur, on ne sait pas si c'est induit ou intentionnel, ce qui pourrait générer des conflits diplomatiques très sérieux. "

Source : pagina12.com.ar

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 12:00

L'aviso ARA ISLAS MALVINAS (qui est équipé du ROV russe "Panther Plus" qui peut descendre jusqu'à 1.000 m de profondeur) est toujours à Puerto Belgrano où il se prépare. Peut-être que fin de la semaine il rejoindra la zone de recherche en appui du Yantar ?

https://twitter.com/DaniMColu/status/977949500747735041

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 12:13

La nouvelle la plus importante de la journée, en rapport avec la recherche de l'ARA San Juan est l'arrivée de Hugo Marino, le PDG de SEA Sistemas Electrónicos Acuáticos, une société qui pourrait opérer en 15 jours avec la plus grande technologie du monde mise dans la mer Argentine pour trouver le sous-marin.

https://twitter.com/DaniMColu/status/977633601759207426

Nous étions présents lors de la rencontre entre Hugo Marino de la compagnie SEA et Raul Braghette le plus ancien capitaine de la base navale. Qui en 1h30minutes a pu présenter les caractéristiques du matériel qu'il compte présenter dans un "éventuel" appel d'offres.

https://twitter.com/DaniMColu/status/977952065468141569

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 37775
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   Lun 26 Mar 2018 - 17:46

Voici la plainte déposée par le père d'un sous-marinier contre le minstre de la défense :

https://twitter.com/mercedesninci1/status/978290634657337345

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche du sous-marin argentin disparu: les dernières news
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 63 sur 67Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 62, 63, 64, 65, 66, 67  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les dossiers du forum :: Recherche du ARA SAN JUAN : le sous-marin argentin disparu le 15.11.2017-
Sauter vers: